Le no-code : définition

Une révolution qui va simplifier votre vie

Afin de montrer l'impact de l'évolution du « nocode », et des nouvelles possibilités qu'offrent à chacun l'expansion dudomaine, une analyse exhaustive des phénomènes et des utilités marquantes dudomaine mérite d'être posées. Ainsi, vous verrez que même si vous ne maîtrisezpas le langage de programmation, il existe avec un minimum de formation, denouvelles facilités pour créer des logiciels ou applications sans coder.

Programmation sans code : L'essor du développement de logiciels sans code

Aperçu des possibilités disponibles et de l'évolution du « no code » pour les logiciels

Le code est l'épine dorsale de la plupart des logiciels et applications. Chaque ligne de code sert d'instruction - un mécanisme logique, étape par étape, permettant aux ordinateurs, serveurs et autres machines d'effectuer une action. Pour créer ces instructions, il faut savoir comment écrire du code, une compétence précieuse qui est parfois rare.

Mais que se passerait-il si vous pouviez construire un logiciel sans écrire une seule ligne de code ? C'est la prémisse qui sous-tend le développement sans code, une méthode de développement de logiciels qui prend de plus en plus d'ampleur. Grâce aux plates-formes sans code, il est possible de développer des logiciels sans écrire de code sous-jacent.

"No-code permet aux personnes qui ne savent pas comment écrire du code dedévelopper les mêmes applications qu'un ingénieur logiciel", explique Vlad Magdalin, co-fondateur et PDG de Webflow, une plateforme sans code pour la création de sites web. "C'est la possibilité de se passer de code, comme on le fait traditionnellement avec du code".

Le développement sans code pourrait également être considéré comme une forme de programmation visuelle. Au lieu d'environnements de développement basés sur le texte, les utilisateurs manipulent les éléments du code par le biais d'interfaces utilisateur par glisser-déposer. Un exemple populaire est le langage de programmation Scratch du MIT Media Lab, qui utilise des blocs de programmation graphiques pour apprendre aux enfants et aux adultes comment coder.

"C'est plus comme utiliser des blocs de construction qui ont une logique", explique Lacey Kesler, co-fondatrice de la Visual Dev School."C'est une façon de donner aux gens les moyens de créer pour le web sans apprendre à coder".

La programmation sans code est une progression naturelle dans le domaine du développement de logiciels. Ce qui a commencé comme une programmation de bas niveau utilisant le langage assembleur - qui est aussi proche que possible des instructions de code machine - a évolué vers Java, Python, C, JavaScript et les autres langages de programmation actuels. Cette évolution a impliqué l'ajout de couches d'abstraction pour masquer les complexités du code machine, ce qui a facilité la programmation pour les développeurs de logiciels.

Bien qu'il soit le fruit de l'évolution technologique, le développement sans code n'est pas un concept nouveau. Les outils de génie logiciel assisté par ordinateur (CASE) des années 90 sont antérieurs aux plates-formes sans code d'aujourd'hui. Mais les outils CASE, comme leur nom l'indique, ne visent qu'à faciliter certaines activités du cycle de vie du développement de logiciels, et non le codage lui-même. Microsoft Visual Basic et Adobe Dreamweaver - qui nécessitent encore une connaissance du code - sont considérés comme des itérations antérieures des outils sans code.

Le Visual Basic de Microsoft servait à programmer un agent virtuel.  L'outil sans code Visual Basic de Microsoft est utilisé ici pour programmer un agent virtuel.
Aujourd'hui, il existe différentes plates-formes permettant le développement sans code. Il s'agit notamment de Power Apps de Microsoft et de Visual Builder d'Oracle pour créer des applications mobiles et web, d'Application Express d'Oracle pour développer des applications commerciales et de Lightning Platform de Salesforce pour les applications de gestion de la relation client. Même Google entre dans l'action avec sa récente acquisition d'AppSheet, une plateforme sans code pour la création d'applications mobiles.

Ces outils et les applications qu'ils permettent de créer gagnent en popularité dans le monde de la technologie. Selon les recherches du Gartner, le développement d'applications à faible code (qui comprend également le non-code)représentera plus de 65 % des activités de développement d'applications d'ici2024, les trois quarts des grandes entreprises utilisant au moins quatre outils de développement à faible code.

Qu'est-ce qui explique la croissance de la programmation sans code ?

"Avec des ordinateurs plus puissants, des services de cloud computing plus accessibles et de meilleurs langages de programmation, vous pouvez commencer à construire des logiciels qui vous permettent de créer des logiciels", explique Victor Kuppers, vice-président du marketing chez Betty Blocks, un produit qui permet d'assembler des applications sans code à partir de composants appelés "blocs".

Le développement sans code est également une solution à un problème d'offre et de demande : une demande croissante pour générer plus de logiciels, mais un nombre limité de développeurs qui peuvent créer ces logiciels. "Le marché a clairement besoin de plus de personnes pour créer des logiciels, et ce que vous pouvez créer avec du code est tellement précieux", explique M.Magdalin. "Pourtant, le codage est une compétence si difficile à apprendre que le monde ne peut tout simplement pas la rattraper. Les outils sans code apparaissent parce qu'ils sont beaucoup plus faciles à apprendre qu'un diplôme d'informatique ou qu'un camp d'entraînement au codage".

Outre cette courbe d'apprentissage minimale, les plateformes sans code permettent un développement plus rapide des applications, ce qui pourrait entraîner une baisse des coûts pour les entreprises. Cela pourrait également éliminer tout problème entre la vision qu'a une personne d'un produit et la façon dont un ingénieur logiciel donne vie à cette vision par le biais du code."Les logiciels sont conçus pour répondre à un certain objectif, résoudre un problème particulier", explique M. Kesler. "Avec les outils de développement visuels, nous sommes capables de le faire sans confier le projet à un développeur ni apprendre à le coder nous-mêmes. Cela nous donne la capacité de résoudre nos propres problèmes".

Mais l'avantage le plus important de l'absence de code sur le code est peut-être de rendre le développement de logiciels plus accessible. "Nous entrons dans un monde où les gens qui comprennent le mieux la situation commerciale ou ceux qui interagissent le plus avec les clients vont construire le produit eux-mêmes", déclare Emmanuel Straschnov, co-fondateur de la plate-forme sans code Bubble. "Étant donné que la technologie occupe une place si centrale dans notre vie, davantage de personnes devraient pouvoir la créer.Le développement sans code prend le pouvoir de créer des logiciels et le diffuse parmi tout le monde".

Mais la programmation sans code n'est pas encore une solution universelle. Elle n'aura pas la même précision et n'offrira pas autant de possibilités que le code. "Comme il s'agit d'un niveau d'abstraction plus élevé, il sera limitant à certains égards. Vous n'aurez pas la même flexibilité que le code", explique M. Straschnov.

De plus, les plateformes sans code ne sont pas censées remplacer les développeurs de logiciels. "Je suis un ancien ingénieur en logiciel, donc j'avais la même peur", dit Magdalin. "Ce n'est pas parce que le codage a été automatisé que toute la compétence a disparu. En fait, elle est peut-être même plus appréciée aujourd'hui. Chaque entreprise aura quelque chose d'unique qui ne pourra pas être traitée par une solution sans code. Vous aurez toujours besoin de développeurs pour les exceptions que ces outils visuels ne prennent pas en charge".

En ce qui concerne l'avenir du développement sans code, Straschnov considère qu'il devient une partie naturelle de l'écosystème du logiciel, avec un nombre croissant d'entreprises passant à des plates-formes sans code et des ingénieurs en logiciel étendant ces plates-formes pour les rendre plus puissantes.

"J'espère que l'avenir du "no-code" sera placé sous un jour positif, car il démocratise le développement de logiciels", déclare M. Kesler. "Je sais comment coder - je me suis consacré uniquement à Ruby on Rails, mais j'ai réalisé que ce n'est pas comme ça que j'aime créer. Une fois que j'ai découvert le développement visuel, cela a tout changé pour moi. Le développement sans code permet aux autres de créer d'une manière qui leur semble naturelle".

Le code réduit ou no code démocratise le développement et favorise la transformation numérique dans le monde

Les entreprises du monde entier commencent à s'éveiller à un nouveau mouvement. Le statu quo de la façon dont la gestion de la relation client et la gestion des processus métier ont été pratiquées pendant des décennies ne suffit plus dans ce monde moderne et technologique. Pour que les entreprises puissent suivre le rythme, elles doivent se réformer. La transformation numérique, l'une des tendances dont on parle le plus, est le moyen le plus simple pour les entreprises d'innover, de changer et de se développer.

Mais cette prise de conscience soulève encore plus de questions. Les entreprises ont besoin d'applications et d'automatisation pour se transformer et elles en ont besoin rapidement, mais les services informatiques ne peuvent pas développer autant d'applications dans un délai donné. Si une entreprise veut se transformer numériquement et révolutionner sa façon de faire des affaires, quelle est la meilleure façon de le faire ? 

La meilleure façon pour les entreprises de vivre cette révolution et cette transformation n'est peut-être pas si différente de celle des autres institutions : pour les gouvernements, elle exige des citoyens qu'ils créent une révolution. Pour les entreprises, il faut des citoyens développeurs.

Qu'est-ce que les citoyens développeurs ?

Les citoyens-développeurs sont des professionnels non informaticiens qui créent des applications commerciales. Pour l'essentiel, ils développent sans aucune connaissance formelle du codage. Les employés réguliers, des représentants commerciaux aux responsables des ressources humaines, peuvent devenir des citoyens-développeurs et créer les applications commerciales dont ils ont besoin pour automatiser leur travail, à condition que leur entreprise leur fournisse les bons outils pour ce faire. Contrairement à l'"informatique parallèle", où le développement non professionnel se fait sans la connaissance de l'informatique, les citoyens-développeurs collaborent avec le service informatique. Les citoyens-développeurs doivent être formés par des experts en informatique afin de pouvoir prendre en charge la majorité du processus de développement d'applications, tandis que le département informatique continue à entretenir l'infrastructure informatique globale de l'entreprise.

Les entreprises qui permettent aux citoyens-développeurs de combler leurs lacunes en matière de technologies de l'information, d'innover et d'accélérer leur transformation. McKinsey a constaté que lorsque les employés sont responsabilisés par la technologie en libre-service, la transformation numérique a deux fois plus de chances de réussir. En dotant les citoyens développeurs des outils dont ils ont besoin pour créer eux-mêmes des solutions, les ressources informatiques tendues peuvent être libérées d'une grande partie de leur retard de développement et se concentrer sur d'autres obligations importantes. En augmentant le nombre de personnes capables de développer des applications, les solutions peuvent être créées à un rythme beaucoup plus rapide, un rythme qui s'accorde mieux avec le rythme rapide des entreprises modernes. Les citoyens développeurs peuvent donc créer les applications dont ils ont besoin pour répondre aux besoins d'une entreprise. Cette automatisation et cette innovation rapides au sein d'une entreprise est le feu qui alimente sa transformation numérique.

Permettre aux citoyens-développeurs d'utiliser une technologie à faible code

Gartner affirme que le développement des citoyens est fondamental pour la transformation numérique. Sachant tout cela, on peut dire sans risque de se tromper que la plupart des entreprises voudraient encourager les citoyens développeurs au sein de leur organisation et permettre à n'importe qui de devenir développeur. Cependant, les développeurs citoyens ne peuvent passe lever et innover avec les méthodes traditionnelles de développement de logiciels : le codage requis pour ce faire rend la tâche extrêmement difficile pour un non-professionnel. Les entreprises qui veulent une révolution des développeurs citoyens mettent plutôt en œuvre des plateformes à faible code.

Les plates-formes à faible code sont des plates-formes de développement qui reposent sur une interface visuelle et conviviale avec des modules pré configurés et des fonctions de glisser-déposer pour la création d'applications. Ces fonctionnalités ne nécessitent que peu ou pas de codage tout au long du processus de développement et n'ont pas de courbe d'apprentissage abrupte, ce qui permet aux développeurs non professionnels d'être en mesure de réaliser les solutions commerciales dont ils ont besoin sans avoir recours aux technologies de l'information. Les plates-formes à faible codage sont non seulement beaucoup plus faciles que le développementd'applications traditionnelles, mais elles sont également plus rapides. Même les professionnels de l'informatique peuvent bénéficier de modules préconfigurés et réutilisables en code réduit et les utiliser pour créer une application en une fraction du temps qu'il faut pour en coder une à partir de zéro.

Le bas code est de plus en plus populaire pour le développement d'applications commerciales. C'est un mot à la mode depuis 2014. Les entreprises ont besoin de plus d'applications que jamais auparavant et leur service informatique passe déjà 60 % de son temps à entretenir la technologie existante. Bien que les projets plus importants et plus complexes nécessiteront une certaine assistance informatique, il est naturellement logique de contourner entièrement l'informatique pour la plupart des développements d'applications dans ce cas et d'opter pour des développeurs citoyens pour prendre le relais. Il n'est pas difficile de voir pourquoi le développement d'applications à faible code, en particulier, est plus favorable au xentreprises que le développement d'applications traditionnelles - si les développeurs citoyens sont le combustible du feu de la transformation numérique, le faible code est le bois qui les abrite tous les deux. Le développement d'applications à bas code et le développement d'applications citoyennes vont de pair, et il est sans doute impossible d'avoir une véritable révolution dans le domaine du développement d'applications citoyennes sans que le développement d'applications à bas code leur donne des moyens d'action.

Créer une application sans coder : un paradoxe dorénavant possible


Sans connaître une seule goutte de programmation, Tara Reed, une Américaine de26 ans, a créé Kollecto, une application permettant de trouver des recommandations artistiques personnalisées. Bien qu'elle ait toujours été impliquée dans le secteur technologique, travaillant pour de grandes entreprises telles que Google, Microsoft et Foursquare, elle n'était pas ingénieur en logiciel et n'avait jamais écrit de code.

Cependant, avec sa demande, elle a réalisé 150 000 dollars de bénéfices et a recueilli 300 000 dollars auprès d'investisseurs.

"Vous pouvez créer n'importe quelle application dont vous rêvez sans faire de code", dit Reed dans une interview avec EL TIEMPO. La jeune femme explique qu'il existe des outils qui ont émergé ces dernières années et qui vous permettent d'atteindre cet objectif. Il s'agit de plateformes, pour la plupart gratuites, qui sont basées sur des modèles logiques ou des gabarits.

Dans certains d'entre eux, il vous suffit de faire glisser dans une boîte les fonctions que vous souhaitez ajouter à votre plate-forme (cartes, vidéos, textes, photos, entre autres). "Si vous vouliez créer votre propre réseau social, vous pourriez faire une plateforme où les gens suivent leurs amis ou donnent entre eux. Vous pouvez également créer un algorithme de recherche qui affiche les résultats, comme si c'était votre propre Google. Il y a des outils pour tout", dit-il.

Après son succès avec cette méthode, Reed a décidé de créer Apps Without Code, une sorte d'école pour former les entrepreneurs qui n'ont pas de connaissances techniques en informatique, l'un des obstacles les plus courants rencontrés par ceux qui veulent créer une start-up numérique. "Dans le programme, vous apprenez comment établir un modèle commercial, comment vendre, comment réaliser un prototype d'une application, comment la construire, combien vous allez dépenser pour la créer et, enfin, comment faire des bénéfices",explique-t-il.

Pour Reed, la partie la plus difficile du processus n'est pas de créer l'application, mais d'obtenir des clients. "Le grand défi est de trouver des gens qui paieront pour votre application", dit-il.

"Mon conseil est de construire une entreprise, pas une application qui mène à une entreprise, cela signifie trouver quelque chose que les gens sont prêts à payer", ajoute-t-il.

Créer des jeux vidéo

Stencyl est un outil intuitif qui vous permet de créer des jeux vidéo pour ordinateurs, appareils mobiles et sites web. Il utilise une méthode de glisser-déposer, un peu comme le Scratch, le langage de programmation pour enfants créé par le Media Lab du MIT, pour développer des animations simples.Plus de 12 000 jeux ont été créés grâce à cet outil. La plateforme propose un kit de tutorat pour apprendre à l'utiliser. Il vous faudra une demi-heure poursuivre l'intégralité du cours.

Drag and Drop

Avec Bubble, vous pouvez créer n'importe quoi, d'un eapplication de vote en temps réel ou d'un réseau social pour le partage de vidéos à un jeu pour enfants. Dans cet outil, les éléments de l'application(tels que le texte, les photos, les cartes et les formulaires de saisie)peuvent être ajoutés par simple glisser-déposer. Vous pouvez définir votre propre logique : si l'utilisateur clique sur ce bouton et n'est pas connecté,"ceci" se produit. Une fois connecté, vous trouverez une série de tutoriels sur ce qu'il faut faire au sein de la plate-forme. Bubble intègre également des services externes pour traiter les paiements ou gérer les listes de diffusion.

Créer ses bases de données

AppSheet est une plateforme qui permet de créer des applications à partir de bases de données saisies dans un outil de tableur, comme Excel, Smartsheet ou Google Sheets. Les informations doivent êtres sauvegardées dans un service de stockage dans le nuage tel que Google Drive,One Drive et Dropbox. Enfin, choisissez l'un des modèles disponibles et ajoutez la fonctionnalité souhaitée. Vous pouvez créer une application qui montre des lieux et des cartes ou une plateforme pour faire des inventaires, par exemple.

Utiliser des modèles

L'utilisation d'Appy Pie est relativement simple. Vous devez choisir un modèle de conception, puis ajouter les fonctionnalités dont vous avez besoin pour votre application. Vous n'avez même pas besoin d'entrer un onglet dans la page, il suffit de suivre les instructions pas à pas fournies par le logiciel et vous aurez votre application prête en un rien de temps. La mode, l'éducation, les affaires et le sport sont quelques-unes des catégories disponibles où vous trouverez plusieurs modèles. Selon la catégorie, vous verrez des recommandations d'éléments à inclure dans votre plate-forme. Par exemple, dans le domaine des affaires, vous trouverez la section "À propos" où l'entreprise fait généralement une présentation à ses clients potentiels.

Application pour votre entreprise

Si vous êtes un entrepreneur et que vous devez créer une plateforme pour vendre vos produits ou que vous voulez un site pour que vos clients puissent réserver des services, Sharetribe est certainement une bonne option. Cette plateforme vous permet de vous connecter à des systèmes de paiement tels que PayPal pour effectuer des transactions au sein de votre application. Pour commencer, vous devez ajouter une description et un logo, puis une photo de couverture, les détails du produit (par exemple, les espaces pour les prix) et les filtres que vous voulez (si vous voulez diviser par couleurs, tailles ou une autre catégorie).

Recevez mes prochains tutoriels No-code !

Envie d'être alerté lorsqu'un nouveau tutoriel No-code est publié ? Inscrivez-vous gratuitement !👇
Garanti sans spam!